Actualités

Cérémonie en hommage aux policiers morts pour la France

 
 
Cérémonie en hommage aux policiers morts pour la France

Laurent Touvet, préfet de la Moselle, a présidé le 21 mai 2021 la cérémonie d’hommage aux policiers morts pour la France et victimes du devoir.

Laurent Touvet, préfet de la Moselle, a présidé le 21 mai 2021 la cérémonie d’hommage aux policiers morts pour la France et victimes du devoir, en présence du commissaire divisionnaire Michel Klein, directeur départemental de la sécurité publique de la Moselle, de Patrick Weiten, président du département de la Moselle, de François Grosdidier, maire de Metz et des députés de la Moselle. À l’issue, ils ont remis 47 médailles : de la sécurité intérieure, d’acte de courage et de dévouement, et médailles d’honneur de la police nationale.

A l’occasion de cette visite, le préfet a salué les 17 nouveaux gardiens de la paix affectés au commissariat de police de Metz.

Message de Monsieur le ministre de l’intérieur

Aujourd’hui, nous rendons hommage aux policiers morts pour la France lors de la seconde guerre mondiale.

Cet hommage s’adresse d’abord à celles et ceux qui, dans les temps les plus sombres de l’Histoire de France, ont combattu l’oppression. De Lille à Ajaccio, de Bordeaux à Lyon, de Londres à Alger, les policiers français ont résisté, souvent au péril de leur vie, pour la sauvegarde de notre Nation.

Parmi eux les 167 policiers de la préfecture de Police qui, en 1944, se sacrifièrent pour permettre la libération de Paris.

C’est à ces héros de l’ombre, à celles et ceux qui sont tombés pour nos idéaux et pour notre liberté, que je veux rendre hommage aujourd’hui en notre nom à tous. Aujourd’hui, comme hier, nous nous souvenons. Nous nous souvenons de leurs noms, de leurs visages et de leurs actions.

Ce souvenir est plus vivant que jamais. L’idéal républicain, le combat pour les justes causes, le dévouement au service de nos concitoyens, continuent d’exalter les policiers du quotidien. Je veux aussi leur rendre hommage aujourd’hui.

Chaque année, pour protéger nos concitoyens des policiers de tous corps et de tous grades meurent en accomplissant leur devoir. Je pense à Franck Labois, Eric Monroy, Freddy Allart, Romain Boulenge, Amaury Lagroy De Croutte, Stéphane Le Meur, Vincent Martinez tous décédés dans l’exercice de leurs fonctions en 2020. Ils ont sacrifié leur vie, comme leurs aînés, pour la République.

Je pense aussi à Stéphanie Montfermé à qui nous rendions hommage il y a une semaine seulement. Je pense enfin à Eric Masson, assassiné lui aussi également pour ce qu’il représentait : la police nationale au service de la sécurité de tous.

Le ministre de l’intérieur que je suis sait mieux que quiconque le prix payé par ces femmes et ces hommes qui ont fait le sacrifice de leur vie en

laissant derrière eux des familles et des collègues dans la peine.

Aujourd’hui, à ces familles, à ces collègues, à vous toutes et tous, je veux dire ma fierté d’être le ministre de l’intérieur de ces 150 000 hommes et femmes de la police nationale qui veillent quotidiennement avec un courage sans faille et une abnégation admirable à la sécurité de tous et à la protection de nos valeurs et de nos libertés.

Mesdames et messieurs, policiers de tous corps et grades, c’est à vous que je m’adresse, vous êtes les gardiens de la République, vous êtes le bras qui incarne l’autorité de l’État et protège nos concitoyens. Pour cela, vous avez le respect, la reconnaissance et la confiance de la Nation.

Vive la police nationale !

Vive la République !

Vive la France !