Actualités

Dispositif "projets jeunes"

 
 
Dispositif "projets jeunes"

Le dispositif « projet jeunes » a été créé à l’initiative de la direction départementale de la cohésion sociale de la Moselle afin de répondre aux besoins des jeunes en matière d’engagement et d’initiative.

Il a succédé au programme national « envie d’agir » qui a pris fin en 2012. Ce programme permettait d’aider des jeunes de toute la France à monter des projets dans des domaines les plus divers.

« Projet jeunes » s’inscrit aujourd’hui dans les objectifs de la « charte départementale sur l’accompagnement des initiatives et de l’engagement des jeunes en Moselle », créée à l’initiative de la direction départementale de la cohésion sociale de la Moselle le 25 juin 2014. Cette charte engage aujourd’hui une vingtaine de partenaires, publics et privés, auprès des jeunes porteurs de projet. Les signataires de la charte devront leur apporter des conseils, leur proposer un accompagnement, une aide technique, pédagogique et financière, suivant les besoins de chacun.

Ainsi de jeunes mosellans âgés entre 11 et 30 ans bénéficient aujourd’hui, grâce à un dispositif pédagogique qui leur est dédié, d’un véritable moyen pour concrétiser leur projet, de son émergence à sa réalisation finale.

Trois jurys par an permettent de recevoir les jeunes afin qu’ils puissent exposer et défendre leur projet. Composés d’experts de la vie associative et d’agents de l’État, les jurys décident de l’attribution d’une bourse, généralement de 1 000€, destinée à compléter un budget initial établi par chaque candidat.

Créer une association, une entreprise, organiser une opération de solidarité, un concert musical, ou monter un spectacle sont les actions les plus proposées par les jeunes, qu’ils soient seuls ou en groupe.

Ils se retrouvent ainsi confrontés à la réalité du terrain, contraints de réaliser des démarches qu’ils pensaient ne pas être capables d’accomplir.

La mise en confiance d’un jeune devant un jury est primordiale. Cette confrontation est destinée à lui faire acquérir de l’assurance, et à mettre en lumière ses capacités afin qu’il puisse mener le projet à son terme. Il sait qu’en cas de difficulté un réseau d’acteur réunis autour du dispositif pourra intervenir pour l’aider, le conseiller, l’encourager.

Ainsi un groupe de jeunes mineurs de Sarreguemines s’est lancé en 2019, avec l’aide de la mairie, dans la création de son propre journal sur le web. Ce journal, qui dure une dizaine de minutes, comprend tous les ingrédients traditionnels diffusés par les médias : nouvelles locales et régionales, sujet thématique du jour, météo…

L’objectif éducatif est atteint. Ces adolescents ont pris des initiatives « sans les grands », se sont approprié leur projet et répartis les tâches avec la ferme intention d’aller au bout de leur démarche. Accompagnés par un éducateur, Ils ont su tout mettre en œuvre, malgré leur jeune âge, pour atteindre leur objectif grâce au soutien de la municipalité.

D’autres jeunes ont eu l’idée de produire une œuvre musicale, une pièce de théâtre ou un magazine. Ils ont pu diffuser leur œuvres auprès du grand public, se faire connaître et intégrer un réseau d’artistes, traçant ainsi leur propre voie.

Dans le domaine de la solidarité, nombre de projets ont été initiés par des jeunes. Ils ont ainsi tenté de répondre, à leur manière, aux maux de la société d’aujourd’hui par le dialogue, l’information et la prévention.

A travers les trois jurys organisés cette année se sont en tout 24 projets qui ont été créés, mobilisant 61 jeunes pour leur réalisation, dans des domaines aussi divers que la culture, la création d’entreprise, la solidarité, la santé et l’environnement.

Enfin ces jeunes auront chaque année l’occasion de montrer leur savoir faire lors du Festival CANAP, une manifestation annuelle créée et organisée par et pour les jeunes. L’objectif de ce festival est de susciter leur engagement et leur initiative par l’exemple, en favorisant le contact direct de pair à pair.

La continuité est ainsi assurée par les jeunes eux-mêmes, qui sont à leur tour devenus les ambassadeurs d’un dispositif ouvert à tous.