Actualités

L’action de la direction départementale de la protection des populations dans le cadre de l’alerte « Graines de sésame contaminées par de l’oxyde d’éthylène »

 
 
L’action de la DDPP dans le cadre de l’alerte Graines de sésame contaminées à  l’oxyde d’éthylène

Depuis plus de trois mois, la direction départementale de la protection des populations (DDPPDirection départementale de la protection des populations) de la Moselle participe activement à la gestion de l’alerte nationale « sésame ». En effet, les autorités sanitaires françaises ont été informées début septembre 2020, par leurs homologues belges, via le RASFF (rapid alert system for food and feed) de la présence d’oxyde d’éthylène, à une teneur supérieure à la limite maximum réglementaire dans certains lots de graines de sésame importées d’Inde.

Depuis plus de trois mois, la direction départementale de la protection des populations(DDPP) de la Moselle participe activement à la gestion de l’alerte nationale « sésame ». En effet, les autorités sanitaires françaises ont été informées début septembre 2020, par leurs homologues belges, via le RASFF (rapid alert system for food and feed) de la présence d’oxyde d’éthylène, à une teneur supérieure à la limite maximum réglementaire dans certains lots de graines de sésame importées d’Inde. L’oxyde d’éthylène est un biocide. Cette substance désinfectante est interdite en Europe sur les denrées alimentaires et les surfaces au contact d’aliments. Mais certains pays continuent d’utiliser ce gaz en fumigation afin de détruire bactéries, champignons et moisissures présentes dans les herbes aromatiques, les épices et les graines. Des investigations sont en cours, en lien avec la Commission européenne, pour identifier l’origine de cette contamination. Dans l’attente des résultats, les autorités sanitaires françaises ont pris, en coordination avec leurs homologues des États membres concernés, des mesures de retrait et de rappel des produits contaminés 1 .

Une « traque » aux graines contaminées a ainsi été lancée dans toute la filière agroalimentaire, conduisant au rappel de plusieurs centaines de produits. Pour l’heure, il est impossible de connaître l’ampleur réelle de la contamination, ni depuis quand elle a débuté, mais quasiment toutes les grandes marques et enseignes semblent concernées.

Au début de l’alerte, la DDPP de la Moselle a été sollicitée pour savoir si des entreprises mosellanes élaboraient des produits avec du sésame. Des interventions ont donc été réalisées auprès des principales entreprises du département susceptibles d’utiliser du sésame. Il est apparu qu’une seule entreprise mosellane utilisait du sésame provenant d’Inde afin de fabriquer des produits de boulangerie à destination des professionnels. Aucun des produits élaborés n’étant destinés au marché français, les informations ont été transmises à l’unité d’alerte française qui a pris l’attache de ses homologues européens. Quotidiennement, 3 à 4 notifications d’alerte sont reçues par la DDPP en provenance d’autres directions départementales informant qu’un producteur de leur département a signalé un produit concerné par les mesures de retrait/rappel. Les produits qui contiennent du sésame sont, en effet, très disparates, car cette graine entre dans la composition d’un grand nombre de produits : confitures, fromages, biscuits apéritifs, farine pour boulanger, céréales, burgers, jus et sauce, etc.

Si une société de Moselle a acheté le produit incriminé, la DDPP vérifie d’une part que le professionnel est bien informé de cette alerte et d’autre part que les produits sont retirés de la vente, soit pour être détruits, soit pour être récupérés par le fournisseur. Dans le cas où le professionnel aurait élaboré un nouveau produit avec le produit incriminé et que ce produit aurait déjà été distribué à d’autres professionnels, la DDPP demande la liste précise des clients livrés, afin d’informer dans les délais les plus courts possibles les DDPP des départements d’implantation de ces professionnels, et l'administration centrale si les professionnels sont situés hors France.

Les grandes et moyennes surfaces sont informées directement par leur centrale d’achat. La DDPP vérifie à l’occasion de ses contrôles en magasins que les retraits/rappels sont pris en compte. En revanche, les interventions sont systématiques auprès des restaurateurs, boulangers, magasins spécialisés en produits biologiques, épiceries fines, mais aussi les cuisines collectives, les associations (etc.)sur la base d’un échantillonnage.

Dans l’ensemble, que ce système d’information fonctionne bien. Les professionnels sont informés et les produits retirés. Si certains professionnels ont dit ne pas avoir été informés, c’est souvent dû à l’utilisation d’un canal d’information inapproprié : c’est par exemple le cas de certains boulangers informés par courriel alors qu’ils ne relèvent par régulièrement leurs messageries.

La DDPP de la Moselle a désormais réalisé près de 150 contrôles dans le cadre de cette alerte et poursuit son action pour s’assurer du retrait de la vente de l’ensemble des produits concernés.

1 La liste des produits concernés par ce rappel est disponible sur : https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/avis-de-rappel-de-produits-contenant-du-sesame