Sécurité civile

Dossier - Détection d’hydrocarbures dans la Moselle - 21/02/2022

 
 

Suite à la découverte d’irisations sur la Moselle à hauteur de Rettel dans la matinée, le préfet de la Moselle a mobilisé les services de l’État et les sapeurs-pompiers afin de découvrir l’origine de cette pollution et en limiter les impacts.

Compte rendu 1

Date de publication : le 21/02/2022

Suite à la découverte d’irisations sur la Moselle à hauteur de Rettel dans la matinée, le préfet de la Moselle a mobilisé les services de l’État et les sapeurs-pompiers afin de découvrir l’origine de cette pollution et en limiter les impacts.

Irisation : Propriété qu'ont certains corps de diffuser des rayons colorés comme l'arc-en-ciel.

Les vérifications entreprises tendent à montrer que ces irisations vraisemblablement d'hydrocarbures proviennent de la station de rejet de la centrale de Cattenom. Les équipes du CNPE sont mobilisées pour identifier l'origine précise du problème. Les services de l’État (police de l'eau, office français de la biodiversité) et les sapeurs-pompiers poursuivent leurs investigations, et des barrages absorbants ont été installés autour du point de rejet.

À ce moment, aucune mortalité piscicole n’a été constatée et il est précisé que ces irisations n'entraînent aucune conséquence pour l'alimentation en eau potable de la population, ni pour la navigation fluviale.

Document PDF : Communiqué de presse - Découverte d’irisations sur la Moselle

Compte rendu 2

Depuis la découverte hier de traces d’irisation d’hydrocarbures sur la Moselle, il est confirmé que celles-ci proviennent de la partie non nucléaire du CNPE (Centre Nucléaire de Production d’Electricité) de Cattenom.

Ce jour, de légères traces d’irisation ont encore été relevées mais aucun écoulement en continu n’est constaté.

Les équipes de la centrale de Cattenom et le service départemental d’incendie et de secours ont procédé à des analyses et vérifications pour comprendre l’origine de ces traces situées à proximité de
la station de rejets du CNPE. Les investigations se poursuivent pour déterminer les origines exactes de ces traces.

L'analyse des prélèvements confirme qu'il n'y a aucune trace de marquages radioactifs et qu'il s'agit bien d'hydrocarbures.

Aucune mortalité piscicole n’a été constatée et ces irisations n'entraînent aucune conséquence pour l'alimentation en eau potable de la population.

Les sapeurs-pompiers ont renforcé et agrandi le barrage flottant mis en place hier afin de recueillir un maximum de substances d’hydrocarbures sur la surface. Des reconnaissances ont eu lieu sur les berges jusqu’à la frontière luxembourgeoise.

Document PDF : Communiqué de presse - Point de situation : découverte de traces d’irisation sur la Moselle

Compte rendu 3

Un débordement accidentel d’un système de collecte des hydrocarbures s’est produit au CNPE de Cattenom, entraînant un rejet d’eau chargée d’hydrocarbures dans la Moselle.

L’origine de ce débordement a été identifié et s’explique par des manœuvres réalisées le samedi 19 février sur le circuit de protection incendie du site. Ces manœuvres ont provoqué l’ouverture d’une vanne et le démarrage automatique du système d’aspersion des transformateurs des unités de production 1,2 et 3. L’aspersion intempestive de moins de deux heures des pôles transformateurs, qui contiennent de l’huile, aurait entraîné le débordement du système de collecte des hydrocarbures. De l’eau chargée d’huile s’est déversée sur la chaussée interne du site. Elle a été collectée par le circuit de récupération des eaux pluviales du site et rejetée dans la Moselle.

La quantité d’hydrocarbure détectée dans la Moselle le 20 février est faible et est estimée à 20 litres. Les résultats des analyses réalisées ont confirmé l’absence de radioactivité dans les rejets et l’absence d’hydrocarbures dans la nappe phréatique, grâce à un prélèvement effectué dans les piézomètres.

Le service départemental d’incendie et secours de la Moselle et les équipes de la centrale EDF travaillent collectivement pour contenir et traiter le rejet, grâce à un barrage flottant et au pompage. Une surveillance de la Moselle a été mise en place et se poursuit.

Ce rejet n’a pas d’impact environnemental et n’entraîne ni mortalité piscicole, ni conséquences pour l'alimentation en eau potable de la population.

Cet événement a été déclaré par la centrale nucléaire de Cattenom auprès de l’Autorité de sûreté nucléaire le mardi 22 février 2022.

Document PDF : CP - Détection d’hydrocarbures dans la Moselle suite à un débordement accidentel d’un système de collecte des hydrocarbures