Actualités

Mouvements d’animaux dans l’espace intracommunautaire et à l’extérieur de l’Union Européenne

 
Mouvements d’animaux dans l’espace intracommunautaire et à l’extérieur de l’Union Européenne

Dans une époque où les échanges internationaux ont acquis un volume considérable, dans tous les domaines de l’activité économique, la sécurité sanitaire liée à l’exportation des animaux est plus que jamais une préoccupation des services de l’État.

Les problématiques telles que les maladies animales ne sont pas réparties de manière uniforme à travers le monde. De ce fait, les échanges (achat ou vente) d’animaux qu’ils soient domestiques ou sauvages, à titre gracieux ou payant, au sein de l’Union Européenne sont soumis à une réglementation.

 La Commission Européenne demande que les mouvements d’animaux soient accompagnés de certificats sanitaires ou de documents commerciaux. Ainsi pour mieux gérer les contrôles officiels, elle a mis en place l’outil de gestion en ligne TRACES. Près de 50 000 certificats sont mensuellement délivrés pour les échanges dans l’Union Européenne.

Ce système permet, ainsi, de :

– faciliter les échanges commerciaux ;

– assurer la traçabilité et protéger les animaux, en effet, suivre les mouvements d’animaux contribue à réduire les répercussions des maladies et permet de réagir rapidement à toute alerte sanitaire ;

– renforcer la coopération entre autorités européennes ;

– informer en amont et en aval du transport ;

– lutter contre la fraude.

C’est ainsi qu’est assuré le suivi du mouvement des animaux arrivant ou sortant du département, qu’ils soient domestiques (bovins, chiens, chevaux…), ou sauvages (faune sauvage). Il s’agit de vérifier que les animaux transportés sont correctement identifiés, sains, aptes au transport et respectent les règles sanitaires. Un vétérinaire officiel valide chaque certificat, émis pour un lot d’animaux.

En 2016, 1 441 certificats d’échanges intracommunautaires (certificats TRACES*) ont été rédigés en Moselle. Ces échanges se sont répartis de la façon suivante :

– 12 800 porcs,

–   5 700 bovins,

–    500 ovins,

– une centaine de tonnes de poissons.

Les principales destinations sont l’Allemagne, le Luxembourg, la Belgique et l’Italie.

Des contrôles sont également menés lors de l’introduction des animaux dans les élevages mosellans. Les contrôles sont pour grande partie administratifs. Il est question de comparer les données enregistrées dans le logiciel TRACES : par exemple, des bovins partis d’Allemagne vers le département de la Moselle doivent être déclarés peu de temps après leur introduction dans le département.

Néanmoins, des anomalies sont souvent relevées sur le terrain par les professionnels via le Groupement de Défense Sanitaire (GDS) ou le réseau des vétérinaires. En 2016, une trentaine de mesures administratives ont été prises vis-à-vis d’animaux domestiques (chiens et chats) introduits en France sans le respect de la réglementation relative à la rage.

Enfin, il y a également des mouvements d’animaux sauvages entre les parcs zoologiques. Ceux-ci sont soumis aux mêmes règles sanitaires que les animaux domestiques.

Le service Échanges Intracommunautaires et Export vous accueille au sein de la Direction Départementale de la Protection des Populations de la Moselle (4 rue des remparts BP 40443 - 57008 METZ) :

- les lundis, mardis, jeudi de 9h00 à11h30 et de 14h00 à 16h00 ;

- les vendredis de 9h00 à 11h30.

*TRACES (= TRA Control and Experts System) : est un système d’expert de contrôle des échanges qui permet de créer une seule base de données centrale pour suivre les mouvements d’animaux et de produits d’origine animale tant à l’intérieur de l’Union européenne qu’en provenance de l’extérieur.